KREBS - SommaireKREBS - Le dirigeable La FranceKREBS - Le sous-marin Le GymnoteKREBS - Le Service Incendie de la Ville de ParisKREBS - Panhard et LevassorKREBS - Plan du site

Les BALLONS CAPTIFS militaires français
La première campagne
au Tonkin
1884-1885

1884 : Les ballons-captifs militaires franšais au Tonkin
1884 : Les aérostiers français au Tonkin vus par les Chinois.

Sommaire
  • 1884 - LA NATURE - Les ballons en chine : (1/2) (2/2)

  •  
  • 1884  - Le Gouverneur de Bac-Ninh

  • La prise de Bac-Ninh par les Français, en 10 images d'Épinal satyriques.
     
  • 1885 - LA NATURE - Les aérostats captifs de l'armée française : (1/3) (2/3) (3/3)
  • 1891 - MERVEILLES DE LA SCIENCE :

  • "L'aérostation militaire a déjà fait brillamment ses preuves. [...] La Revue aéronautique, dans son numéro d'avril 1888, a donné un récit complet du journal des aérostiers français au Tonkin."
    1888 - Les ballons-captifs militaires français au Tonkin en 1884-1885
    "L'héroïque défense que les Pavillons-Noirs opposèrent à Sontay, aux troupes pourtant si énergiquement conduites par l'amiral Courbet, démontra que ce n'étaient plus des bandes indisciplinées de partisans mal armés que nous avions devant nous, mais bien des combattants résolus avec lesquels il fallait compter. Aussi l'envoi de trois généraux avec de sérieux renforts fut-il décidé. On adjoignit à ces troupes une section d'aérostiers et l'établissement de Chalais reçut l'ordre de préparer le matériel nécessaire."

    "La section d'aérostiers comprenait : 2 offciciers : M. le capitaine Aron et M. le lieutenant Jullien, 5 sous-officiers, 8 caporaux et 28 sapeurs."

    [...] Le temps était très calme, le câble absolument vertical  et déroulé en entier, l'observateur planait à 250 mètres au-dessus de nos troupes. L'action est engagée par une canonnade des batteries d'avant-garde contre une ligne de pavillons plantés en terre ; l' observateur donne, à la voix, des renseignements sur les points de chute de nos projectiles ; l'action s'étend bientôt sur toute la ligne, les commandants des bataillons chargés d'enlever une position, qui un village, qui une hauteur ou un bouquet de bois, viennent au-dessous du ballon demander à la voix des indications à l'observateur. Les réponses sont toujours à peu près identiques : « L'objectif n'est plus guère occupé que par la valeur d'une compagnie ; l'armée chinoise bat rapidement en retraite.» Les chefs d'unité vont alors donner leurs ordres en conséquence, le moral général se ressent d'une façon très sensible de ces nouvelles toutes rassurantes. Deux officiers à cheval portent au chef d'état-major des billets lancés par l'observateur et pourvus de banderolles de toile lestées destinées à les faire retrouver plus rapidement.

    Vers 6h, toutes les positions ennemies sont occupées.

    Pendant ce combat, le 3° brigade avait poussé très rapidement les Chinois à droite et, allongeant le tir de ses pièces, les avait empêchés de rentrer dans Bac-Ninh, où elle pénétrait elle-même dans la soirée. La place était donc tombée du premier coup dans nos mains, et un assaut - comme cela avait eut lieu pour la prise de Son-Tay - opération toujours délicate et dans la préparation de laquelle le ballon eut été, comme moyen de reconnaissance, un auxiliaire précieux, avait été inutile."
     

  • 1888 - LA NATURE - Les aérostats de la mission française en Chine : (1/2) (2/2)



 
 
 


Le Gouverneur de Bac-Ninh
La prise de Bac-Ninh par les Français,
en 10 images d'Épinal satyriques.
1884
  1. [image] Le Gouverneur de Bac-Ninh élevait sa garnison et la paresse à la hauteur d'une institution.
  2. [image] Un jour un aérolithe d'un nouveau genre vint troubler sa douce quitéude !
  3. [image] Sa crainte grandissant, il la peint à sa garnison, tous gaillards à poil.
  4. [image] Le montsre aérien, devenant terriblement menaçant, fit germer une résolution héroique dans les rangs de ces paisibles chinois.
  5. [image] Un sauve qui peut général fut considéré par ces rudes lapins comme la seule action d'éclat possible.
  6. [image] Ne pouvant écraer l'ennem,i ils s'écrasent eux-même.
  7. [image] Vous pensez à la rigolade des loustics de la nacelle. Eux pensaient à la gibelotte.
  8. [image] L'Entrée dans Bac-Ninh débuta par une chasse et finit par un joyeux cancan.
  9. [image] On dressa la marmite & tous ceux qui furent pincés vinrent grossir le frichti.
  10. [image] Pour un Chinois déconfit, ce fut un Chinois déconfit !